Université d’Ottawa

Éducation

Fondée en 1848, l’Université d’Ottawa accueille annuellement 36 000 étudiants et 4 000 membres du personnel. En 1974, elle fait figure de pionnière en embauchant un gestionnaire de l’énergie chargé de réduire les coûts reliés à la consommation d’énergie sur le campus.
 
  • 2cea2c44.jpg
  • 04dd3efc.jpg
  • 6dbcde77.jpg
  • f9fea27d.jpg
  • 62e7880c.jpg
  • bbb141db.jpg
  • 05de4deb.jpg
  • 26cc8c36.jpg
Située dans le cœur de la capitale du Canada, l'Université d'Ottawa comprend trois campus dont la superficie totale est de 105 acres. Sur ces sites sont répartis 38 édifices, qui sont autant des structures centenaires que des laboratoires scientifiques modernes. L'Université a choisi de privilégier une philosophie avant-gardiste et une utilisation responsable de l'énergie, et pour atteindre ses objectifs, fait appel à l’immotique et à Régulvar.
 
Régulvar entretient une relation à long terme avec l’Université d’Ottawa, leur première collaboration remontant à 1996. Plusieurs réalisations sont en cours ou prévues, et l’intervention de Régulvar vise principalement la régulation des systèmes de climatisation, ventilation et chauffage, de même le contrôle des hottes et de la pression au sein des laboratoires.
 
Puisque l’Université a choisi de mettre l’accent sur l’efficacité énergétique, Régulvar relève le défi de concevoir des séquences de régulation d’une grande complexité, d’assurer un contrôle très serré, et de gérer un grand nombre de points de contrôle, 15 000 en tout. Sa polyvalence lui permet de réussir l’intégration harmonieuse des systèmes de contrôle, en gérant les dispositifs en place, en installant de nouveaux appareils, et en centralisant leur fonctionnement. Preuve de cette flexibilité, Régulvar a su adapter ses méthodes et ses systèmes aux normes particulières de l’Université en matière d’architecture du réseau de contrôle.
 
Avec le soutien de Régulvar, l’Université d’Ottawa peut poursuivre son engagement en matière de modernisation des installations et en réduction de sa consommation énergétique. Elle a d’ailleurs démontré que ses efforts en ce sens portent des fruits, puisque le campus a doublé en superficie depuis 1974, mais que les dépenses énergétiques sont demeurées les mêmes. Impressionnant!